Excroissances, plaques, spots … j’interviens ou je file chez le dermato?

0
9
Excroissances, plaques, spots ... j'interviens ou je file chez le dermato?

Avant de plonger dans les vacances, on tire au clair les petites misères qui ont tendance a devenir trop envahissantes. et si besoin, allô, le dermato !

UN SPOT SUR MON NEZ? Je traite en douceur

Oui, points noirs et acné ne sont pas réservés aux ados. Cette maladie du follicule pilo-sébacé touche environ 15 millions de Français ! En cause : un sébum trop épais ou en excès qui bouche la glande sébacée. Cela se traduit par une peau brillante, des comédons et des microkystes qui se transforment en pustules s’ils sont contaminés par des bactéries. Le b. a. -ba, c’est le pH. Avant tout, j’adopte une meilleure hygiène de vie: pas de tabac, de stress (l’été, c’est plus facile) ni d’excès de soleil. Je nettoie ma peau matin et soir avec un gel nettoyant respectant son pH, j’applique des cosmétiques actifs à base d’acide salicylique et des crèmes hydratantes non comédogènes. Et enfin : pas de produits bio à base de plantes ou de fleurs ni de produits parfumés qui risquent d’amplifier le phénomène. Et si ça ne passe pas. Il existe plusieurs traitements déterminés selon le type d’acné: local (gel, crème ou lotion anti-acnéique), combiné (traitement local + traitement par voie orale, éventuellement associé à une hormonothérapie) et, uniquement en cas d’acné sévère, par isotrétinoïne. Efficace, mais parfois long.

UNE EXCROISSANCE SUR LES MAINS ? J’agis dare-dare

À tous les coups, c’est une verrue, que ce soit sur les mains ou sur les pieds. Fréquente (chez 1/4 des Français, notamment entre 5 et 15 ans), cette lésion est due à la présence d’un virus, le papillomavirus (HPV), à la surface de la peau. Elle est bénigne mais elle peut être douloureuse et, si on ne fait rien, se multiplier, grossir et se répandre.
J’attaque au thuya. Si la verrue est petite et n’a pas essaimé, je tente les produits à base d’acide trichloracétique, acide salicylique ou diméthyléther de parapharmacie. Je peux aussi demander à la pharmacie une préparation à base de teinture de thuya ou tenter un mélange huile essentielle (HE) de sarriette/cannelle de Chine à parts égales. Mais il faut souvent de nombreuses applications avant un éventuel résultat.
Les grands moyens. La cryothérapie, qui consiste à « brûler » la lésion grâce à l’azote liquide, offre d’excellents résultats. Plusieurs séances peuvent être nécessaires. Dans tous les cas, les verrues guérissent spontanément dans les 6 mois à 2 ans en moyenne.

DES PICOTIS ENTRE LES DOIGTS DE PIEDS? Je ne laisse pas traîner

Fréquente, cette mycose localisée est engendrée par des champignons microscopiques, dont le développement est favorisé par la chaleur et l’humidité. Rouge et irritée, la peau peut ensuite devenir grise-blanchâtre et peler. Dans certains cas, l’inflammation touche aussi les orteils: c’est une onychomycose.
Vite, de l’air! Je lave et sèche méticuleusement les zones concernées. J’évite les chaussettes en Nylon qui favorisent transpiration et macération. J’applique un traitement local antifongique.
Stop aux envahisseurs. Si l’infection persiste ou s’étend, le spécialiste peut effectuer un prélèvement afin de déterminer le type de champignon en cause et ainsi proposer un traitement plus adapté (traitement antimycosique oral de 6 à 8 mois).

DES PLAQUES ROUGES QUI DÉMANGENT? J’hydrate un max

C’est de l’eczéma. Cette réaction allergique concerne généralement les personnes ayant une peau à tendance atopique. Elle est souvent provoquée par un contact avec un allergène (néoprène, caoutchouc … ).
Du gras pour apaiser. Je me lave avec un pain surgras ou des gels nettoyants qui respectent le pH de la peau et j’applique des crèmes nourrissantes destinées aux peaux atopiques (Aderma, Avène, La Roche Posay …).
Le cocktail de choc. Pas d’autre solution, en cas de crise handicapante, que le recours à une corticothérapie locale de courte durée, éventuellement complétée par des antihistaminiques.

DES TACHES BLANCHES PAR ENDROIT? J’évite le soleil

Il s’agit d’une dépigmentation, ou vitiligo, qui prend la forme de plaques blanches aux contours brunâtres, correspondant à des zones de peau où les cellules qui fabriquent de la mélanine ont disparu. Leur cause est incertaine, mais il semble que les facteurs génétiques, ainsi que le système immunitaire, interviennent. Si les plaques sont plutôt de petites taches de 2-3 mm dispersées sur le visage, les jambes et les bras, il s’agit d’une hypomélanose en gouttes: cela correspond aussi à la disparition de mélanocytes, mais cette fois liée à l’excès de soleil.
Indice plus, plus, plus. J’évite d’exposer ces zones aux UV ou je les protège avec un indice très élevé car elles sont particulièrement vulnérables et elles peuvent s’aggraver, voire dégénérer. Pour camoufler, j’utilise un maquillage couvrant et/ou de l’autobronzant. Pas de miracle! Pour le vitiligo, le médecin peut proposer des dermocorticoïdes locaux et de la photothérapie (lampes à UVB), avec des résultats variables. Pour l’hypomélanose en gouttes, pas de traitement efficace pour le moment.

DES PETITS BOUTONS ROUGES AUX PREMIÈRES EXPOSITIONS AU SOLEIL? Je calme illico

C’est … une lucite estivale bénigne. Cette allergie au soleil se manifeste par l’éruption de petits boutons qui démangent au niveau des bras et du décolleté… Elle survient aux premiers contacts avec les UV, puis tend à disparaître avec le bronzage.
Un petit coup de bêta-carotène. Sur la peau irritée, j’applique du liniment oléo-calcaire pour apaiser ou une goutte d’HE de lavande Aspic diluée dans une noisette d’huile d’amande douce. En prévention, un photo-protecteur anti-UVA (Avène, La Roche Posay… ) et des compléments alimentaires à base de bêta-carotène un mois avant les premières expositions.
Je contre l’allergie avec un traitement corticoïde local de courte durée, éventuellement complété par des antihistaminiques.

DES TACHES BRUNES SUR MON COU? Je protège

Cela ressemble à un lentigo solaire. Situées sur les zones les plus exposées au soleil (visage, décolleté, mains), elles proviennent d’une stimulation trop importante des mélanocytes, les cellules produisant la mélanine. Celle-ci, qui donne normalement à la peau un hâle uniforme, s’accumule alors à certains endroits.
Opération camouflage. Eviter le soleil, s’en protéger au maximum (indice+++) et uniformiser son teint avec du maquillage spécifique (Couvrance Avène … ), c’est efficace. Il existe également des cosmétiques inhibant la production de mélanine, mais, honnêtement, leur efficacité est très relative.
Et après? Je me renseigne sur les techniques qui, en agressant la peau en surface, la forcent à se renouveler : azote liquide, peeling chimique, laser. A faire impérativement après l’été.

MA PEAU S’ENFLAMME, DESQUAME ? Aïe, je stresse trop

Une plaque rouge couverte d’écailles blanches? C’est du psoriasis. 2 à 3 % des Français souffrent de cette inflammation chronique de la peau qui se caractérise, le plus souvent, par l’apparition de plaques rouges bien délimitées au niveau des zones de frottement (coudes, genoux) recouvertes de squames (fragments blanchâtres et secs). Il s’agit d’une anomalie des cellules de la peau qui se renouvellent en 3 jours au lieu de 28 normalement. Cette maladie survient en général chez des personnes génétiquement prédisposées, surtout lorsqu’il y a des facteurs physiques (prise de médicaments, dérèglement hormonal) ou psychologiques (stress… ) favorisants.
Je relâche la pression. Si possible, pas d’alcool ni de tabac, qui aggravent clairement ces manifestations, et j’essaye de prendre du recul par rapport à tout ce qui accroît mon stress. Pour améliorer l’apparence, il existe du maquillage thérapeutique. Dans tous les cas, j’hydrate pour calmer l’inflammation.
Ça marche aussi. Direction le dermato pour confirmer le diagnostic et mettre en place, suivant les besoins, des traitements locaux (vitamine D3, acide salicylique), de la photothérapie et, pour les formes sévères, des traitements médicamenteux.

Est-ce encore la faute au microbiote?

Ces bactéries qui colonisent notre intestin, notre vagin … vivent aussi sur notre peau pour servir de bouclier face aux agressions extérieures (UV, virus, champignons… ). Grâce à elles, on évite l’acné et même l’eczéma. Mais, damned ! une récente étude menée sur 200 Chinoises vient de confirmer que la pollution des villes appauvrit le microbiote cutané. Donc, même si nos villes sont plus respirables (enfin on espère), on profite de l’été pour prendre le large et rebooster nos bonnes bactéries fatiguées. Pas de décapage ni d’hygiène à outrance : on privilégie des produits levants respectant le pH acide, de la peau et on opte pour des cosmétiques contenant des probiotiques inactivés.

Excroissances, plaques, spots … j’interviens ou je file chez le dermato?
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Asma Belkadi
Asma est une jeune blogueuse qui fait de plus en plus ses preuves dans le monde des influenceuses sur le Web. Passionnée depuis son enfance par la lecture et la rédaction. Elle possède maintenant Mojotic qui reflète ce qu'elle aime faire sur le Web.

Choisir une plateforme pour commenter :

  • Facebook
  • Google Plus
  • Disqus
  • WordPress

LAISSER UNE RÉPONSE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.