Pôle emploi : attention aux offres frauduleuses

0
493
Pôle emploi : attention aux offres frauduleuses
Pôle emploi : attention aux offres frauduleuses

Il n’y a pas de petits profits. L’arnaqueur passe par des sites partenaires de Pôle emploi pour ferrer sa proie. Totalement confiante, la victime paie le prix fort.
Des escrocs utilisent le site du service public pour berner des chômeurs aux abois.

« Nous recherchons un chauffeur de maître à temps plein, du 15 octobre au 1er novembre. » Dès qu’il voit cette annonce sur le site Web de Pôle emploi, Olivier, chauffeur de VTC au chômage, adresse sa candidature.
L’employeur, qui se présente comme un riche homme d’affaires étranger, semble intéressé par son profil. « Il m’a indiqué par mail qu’il avait besoin d’une personne de confiance pour le véhiculer durant son séjour en France. » Le mystérieux businessman lui demande d’encaisser un chèque de 2500 euros. « Je devais garder 500 euros pour moi comme avance sur mon salaire, le reste servirait plus tard, pour la location de la voiture. » Peu après, le pseudo-employeur l’informe qu’il va finalement se charger de louer l’auto et exige qu’Olivier lui envoie illico un mandat cash de 2000 euros. Le trentenaire s’exécute mais, quelques jours plus tard, sa banque l’avertit qu’il s’agit en fait d’un chèque volé, et qu’il vient donc de se faire arnaquer de 2000 euros.

Ces offres frauduleuses se multiplient, cela nous fait beaucoup de tort », s’agace
Jean-Charles Steyger, délégué syndical de SNU Pôle emploi.
Les escrocs profitent du site de l’établissement public pour berner des chômeurs persuadés que les annonces sont fiables. Sauf que près de 60% des offres postées par Pôle emploi proviennent de sites partenaires comme Keljob ou Jobijoba. Et celles-ci ne subissent qu’une vérification automatique de la part de Pôle emploi. Des algorithmes capables de détecter des propos discriminatoires, mais pas à même de déterminer l’authenticité de l’annonce. « Nous avons exigé la suspension des partenariats avec ces sites jusqu’à ce qu’un contrôle efficace soit mis en place, mais la direction a refusé », poursuit Jean-Charles Steyger. Les aigrefins peuvent donc continuer à « recruter » de nouvelles victimes. Leur stratagème est souvent le même: demander à leur « employé » d’encaisser un chèque, d’en garder une partie et de leur envoyer le reste.
Celui-ci obtempère après avoir été crédité par sa banque. Sauf que cette dernière met une dizaine de jours à vérifier la validité du chèque et finit par le rejeter lorsqu’elle s’aperçoit qu’il a été volé.

Méfiez-vous des annonces trop alléchantes. Et, bien sûr, n’acceptez jamais d’encaisser un chèque d’une personne dont vous ne pouvez pas vérifier l’identité. Ceux qui sont tombés dans le panneau doivent porter plainte pour escroquerie et abus de confiance. Ils peuvent ensuite se retourner contre leur banque pour demander un remboursement. « Car elle les a portés à croire qu’ils avaient la libre disposition
des fonds », justifie Serge Maître, secrétaire général de l’ Association française des usagers de banque (Afub ). Sur la cinquantaine de dossiers d’arnaque au chèque suivis par l’ Afub, 75% ont obtenu un remboursement. Il ne faut donc pas hésiter à engager une action judiciaire. D’autant que la procédure est simple et gratuite si la somme volée ne dépasse pas les 4 000 euros. Nul besoin de faire appel à un avocat, il suffit de saisir un juge de proximité et de faire vérifier son dossier par une association compétente, comme l’Afub.

Pôle emploi : attention aux offres frauduleuses
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Ayoub Belkadi
Ayoub Belkadi est un consultant et Freelance SEO. Il optimise des sites web pour atteindre la première page de Google en utilisant le référencement naturel Whitehat SEO. Il concois aussi des sites web sous la platforme Wordpress 100% responsive.

Choisir une plateforme pour commenter :

  • Facebook
  • Google Plus
  • Disqus
  • WordPress

LAISSER UNE RÉPONSE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.