Comment chouchouter son intestin

0
46
Comment chouchouter son intestin

Pour être en bonne santé, il faut ménager son tube digestif. Dans cet article je vous détaille les différentes fonctions de l’intestin et vous donne tous les conseils pour le chouchouter.
Car en prendre soin, c’est forcément gagner en vitalité !

Notre intestin ne chôme pas : au cours d’une vie il transforme en moyenne trois tonnes de viandes et autant de fruits et légumes ! Long de huit mètres, il offre quatre cents mètres carrés de surface d’échanges, l’équivalent de deux courts de tennis.
C’est par là que passent tous les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, mais il assure aussi d’autres fonctions.

Il héberge des millions de micro-organismes

Bactéries, virus, champignons… Notre système digestif abrite des millions de micro-organismes, répartis en plus d’un millier d’espèces différentes. Leur poids total : un kilo et demi à deux kilos chez un adulte en bonne santé ! Il diffère en fonction des habitudes alimentaires et des pays, mais sa tâche est toujours la même : faire fonctionner l’ensemble de l’organisme tout en le protégeant.

Il est indispensable au système immunitaire

L’intestin fait le tri entre ce qui est bon et nocif pour l’organisme. Il l’aide à assimiler les nutriments indispensables à son fonctionnement et rejette tout ce qui pourrait gripper la machine. Il joue un rôle essentiel dans la préservation des infections et le développement des maladies. Sachant qu’il produit 95 % de la sérotonine présente dans notre corps, il participe aussi très activement à la régulation de l’humeur. Il n’y a qu’à voir comment l’organe réagit en cas de stress. Impliqué dans la plupart de nos comportements, qu’ils soient alimentaires, sexuels ou autres, l’intestin influe donc sur notre santé mentale.

C’est notre deuxième cerveau

Ce monde encore inconnu gère également d’autres paramètres.
L’intestin est impliqué dans la synchronisation des rythmes biologiques (sommeil, appétit…) et la thermorégulation du corps. Il intervient même dans la gestion de la douleur. Au
vu des récentes études, notre second cerveau pourrait bien être le premier. La preuve ? Il dialogue avec tous nos organes. À commencer par notre tête, à laquelle il envoie quatre fois plus de messages par l’intermédiaire du nerf vague (un nerf crânien) qu’il n’en reçoit. Il faut dire qu’avec deux cents millions de neurones, il forme le deuxième réseau neuronal de l’organisme, juste derrière le cerveau. C’est un chef d’orchestre.
Dans bien des domaines, c’est, en fait, lui qui commande.

Malmené, il nous rend malade

Arrêtons de traiter notre intestin sans ménagement ! Il faut en prendre le plus grand soin. Car un déséquilibre du microbiote entraîne des réactions en cascade, qui peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. Une fois endommagé, il n’assure plus pleinement ses fonctions.
S’en suivent une inflammation et une hyperméabilité intestinale, qui peuvent être à l’origine d’un cortège de maladies : gastroentérite, reflux oesophagien, cancer du côlon, diabète, cirrhose, cystite, dépression, hypertension… Certains pensent même que des maladies neurodégénératives, comme Parkinson et Alzheimer, pourraient se développer au niveau du système digestif pour remonter ensuite jusqu’au cerveau.

5 bonnes habitudes POUR LE PRÉSERVER !

  • Faites attention à votre façon de manger
    Prendre ses repas à heures fixes, sans courir après la montre, c’est essentiel. Veillez à ne pas remplir à outrance votre assiette, levez le pied sur les graisses animales, les aliments à index glycémiques élevés, mais aussi sur le gluten pour ne pas favoriser l’inflammation. Très prisé par les industriels pour ses qualités gonflantes et liantes, on le retrouve dans tous les plats préparés. Diminuez le pain ! En effet, les variétés de céréales obtenues par croisements au fil des décennies en contiennent jusqu’à quarante fois plus qu’il y a trente ans.
  • Mastiquez avec soin
    C’est indispensable pour permettre aux enzymes contenues dans la salive de prédigérer la nourriture et permettre à l’estomac de faire correctement son travail.
    Il faut privilégier les aliments durs qui nous obligent à mâcher longuement et donc à produire davantage de salive, mais ne pas oublier de le faire aussi quand ils sont mous (en purée ou en compote, par exemple).
  • Rééquilibrez votre alimentation
    Elle doit être variée au maximum. C’est-à-dire comporter au moins 50 % de fruits et légumes frais, être peu grasse, peu sucrée, peu salée et, si possible, bio pour éviter les pesticides.
    L’alimentation industrielle, qui en est à l’opposé, doit donc être bannie de votre quotidien. Et n’hésitez pas à y aller fort sur le curcuma (avec du riz ou des pommes de terre), un anti-inflammatoire naturel.
  • Prenez des probiotiques avec vos antibiotiques
    Les antibiotiques sont indispensables et leur prescription souvent justifiée. Mais ils attaquent la flore intestinale. Tout traitement doit donc s’accompagner d’une prise de probiotiques pour la protéger et lui permettre de se reconstituer plus rapidement. Ainsi elle se renouvellera en seulement un à trois mois, contre beaucoup plus en leur absence !
  • Apprenez à gérer votre stress
    Il peut déclencher ou aggraver une situation à problème (ulcère, intolérance alimentaire, cancer du côlon…). Tous les moyens sont donc bons pour rester zen au maximum, qu’il s’agisse de faire du sport, d’écouter de la musique ou de jardiner.
Comment chouchouter son intestin
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Asma Belkadi
Asma est une jeune blogueuse qui fait de plus en plus ses preuves dans le monde des influenceuses sur le Web. Passionnée depuis son enfance par la lecture et la rédaction. Elle possède maintenant Mojotic qui reflète ce qu'elle aime faire sur le Web.

Choisir une plateforme pour commenter :

  • Facebook
  • Google Plus
  • Disqus
  • WordPress

LAISSER UNE RÉPONSE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.