Comment prendre soin de sa mémoire?

0
123
Comment prendre soin de sa mémoire

Les cellules du cerveau sont fragiles. Pour que leurs performances soient optimales, elles ont besoin d’être stimulées, nourries et protégées en permanence.

Garder une information en mémoire, pour la restituer et s’en servir au moment voulu, est
un processus complexe. Cela nécessite que les neurones, les cellules du cerveau, communiquent entre elles et tissent des réseaux. Plus il y a de connexions, plus le maillage est dense et plus le mécanisme est efficace.
Les scientifiques sont encore loin d’en avoir identifié tous les rouages Mais on sait que la mémoire est fragile et sensible à son environnement.

Stimuler ses neurones

C’est en traitant un maximum d’informations que le cerveau constitue sa « réserve cérébrale », un réseau de neurones qui ne demande qu’à s’amplifier.
Son carburant: l’apprentissage, la nouveauté, la lecture, la réflexion.. Tout est bon pour le nourrir: faire des études, pratiquer un métier intéressant, avoir des loisirs enrichissants, échanger avec les autres… Il n’y a rien de plus délétère pour la mémoire que l’isolement et le repli sur soi. Plus les stimulations sont importantes, plus le cerveau fabrique de nouveaux neurones. Et ça marche même à 80 ans! Ces cellules se développent en particulier dans l’hippocampe, une zone qui joue un rôle central dans les processus de mémorisation.
Ces nouveaux neurones ont une mission physiologique qui est de différencier les nouvelles informations des anciennes et, ainsi, de renforcer leur encodage. Au cours du vieillissement, ils aident à compenser les effets de l’âge.

Consolider en dormant

On sait depuis le début du XXe siècle qu’il y a un lien entre la consolidation des informations et le sommeil. Bien dormir pour bien mémoriser, cette notion est importante chez l’enfant comme chez la personne âgée Or, de plus en plus d’enquêtes montrent qu’en pleine période d’apprentissage, nombre d’écoliers et de lycéens ne dorment pas assez.
Beaucoup se couchent en envoyant des SMS, en regardant des vidéos ou en discutant sur les réseaux sociaux.
Toutes ces tâches sollicitent le cerveau au moment où il devrait récupérer. Le bon conseil : éteindre tous les écrans au moins une heure et demie avant de se coucher. Chez les personnes âgées, le sommeil aiderait à « nettoyer » le cerveau des plaques amyloïdes, une accumulation anormale de protéines impliquées dans la maladie d’Alzheimer.

Oxygéner son cerveau

Il faut bouger, mobiliser son corps, pour que les facultés cérébrales fonctionnent à plein régime. Des études comportementales et en imagerie cérébrale montrent un lien entre l’activité physique, la taille de l’hippocampe et les résultats aux tests de mémoire. L’exercice physique stimule, en effet, le système cardiovasculaire.
Transportées par le sang, les molécules d’oxygène vont se diffuser dans tout l’organisme et nourrir le cerveau. Un «bain physiologique». En ce sens, les activités physiques en endurance sont les plus favorables à la mémoire.

Nourrir sa matière grise

Une alimentation qui protège le système cardiovasculaire va aussi protéger le cerveau et le placer dans de bonnes dispositions pour mémoriser. Le régime méditerranéen (poisson, légumes verts, fruits, céréales, huile d’olive) a prouvé son efficacité. En limitant les
graisses animales (viande, beurre…), il évite la formation d’une plaque d’athérome, un dépôt de lipides qui s’accroche à la paroi des vaisseaux sanguins et finit par les obstruer. Adopter ce régime, c’est aussi apporter à son corps plus de vitamines et de minéraux antioxydants qui vont aider les neurones à lutter contre les effets du vieillissement
Enfin, les poissons comme le maquereau, le saumon, ou les sardines sont riches en acides gras oméga-3, indispensables au bon fonctionnement du cerveau. Ils entrent, en effet, dans la composition de la myéline, cette gaine dont le rôle est de faciliter la conduction de l’influx nerveux entre les neurones.

Gérer son stress

L’anxiété et la dépression sont les pires ennemis de la mémoire. Nous avons tous besoin de motivation, d’émulation et d’intérêt, donc d’un peu de stress, pour bien mémoriser. Mais quand le stress devient trop intense, la mémoire dysfonctionne. À l’extrême, un stress brutal et violent peut engendrer une véritable pathologie de la mémoire : le syndrome de stress post-traumatique.
Chez les victimes d’un attentat ou d’une agression, certains aspects de la mémoire sont annihilés, d’autres exacerbés. Ainsi, des souvenirs peuvent surgir et s’imposer à eux comme s’ils étaient vécus au présent, sans la distance du temps.
Une chose est sûre, la mémoire est très sensible aux émotions fortes, négatives mais aussi positives. Dans le cerveau, il existe un lien entre l’amygdale, au centre du circuit des émotions, et l’hippocampe qui, lui, est au centre du circuit de la mémoire.
C’est la raison pour laquelle le plaisir est beaucoup plus efficace que la contrainte pour mémoriser.

Comment prendre soin de sa mémoire?
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Ayoub Belkadi
Ayoub Belkadi est un consultant et Freelance SEO. Il optimise des sites web pour atteindre la première page de Google en utilisant le référencement naturel Whitehat SEO. Il concois aussi des sites web sous la platforme Wordpress 100% responsive.

Choisir une plateforme pour commenter :

  • Facebook
  • Google Plus
  • Disqus
  • WordPress

LAISSER UNE RÉPONSE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.