Soigner les petits bobos de l’été

0
54
Soigner les petits bobos de l'été

Coups de soleil, piqûres de moustiques, turista … Face aux maux courants de l’été, il est inutile de surcharger sa valise. On emporte seulement les indispensables et on apprend à se débrouiller avec les moyens du bord. Démonstration.

Allergie solaire

Dans ce cas, mauvaise nouvelle : il va falloir fuir le soleil quelques jours pour éviter de nouvelles poussées. Pour soulager les démangeaisons, on ne gratte surtout pas, on tamponne les boutons avec 2 gouttes d’huile essentielle de lavande mélangées à une cuillère à soupe d’huile d’amande douce. Et, même une fois la lucite estivale atténuée, on se protège du soleil avec des vêtements couvrants et des crèmes solaires d’indice 50, spécifiques pour peaux intolérantes. Petit rappel: les ultraviolets sont toujours là lorsque le ciel est couvert.

Mal des transports

Nausées, sueurs et vomissements peuvent survenir à cause d’une mauvaise adaptation de nos centres d’équilibre aux mouvements de la voiture, de l’avion ou du bateau. On commence donc par caler sa tête de manière à éviter qu’elle ne dodeline et on regarde au loin sans suivre le paysage des yeux. Bien entendu, on ne part surtout pas à jeun. Durant le voyage, on pense à stimuler avec l’index le point d’acupuncture Nei Guan, situé à l’intérieur de chaque poignet entre les deux tendons, à 2,5 cm du pli de flexion de la main.

Foulure et entorse

Pour calmer la douleur et freiner la formation de l’oedème, on applique une poche de glace pilée (2/3 glace, 1/3 eau froide) sur la cheville durant quinze minutes environ. Ensuite, on immobilise la jambe et on la surélève légèrement. Si cela ne suffit pas, on réalise un cataplasme anti-inflammatoire à base de chou: laver les feuilles à l’eau tiède, les sécher, les aplatir au rouleau à pâtisserie après avoir retiré les grosses nervures, puis les envelopper dans une gaze que l’on applique sur la foulure. On met une bande et on laisse la jambe au repos. Lorsque la douleur persiste, on se tourne vers le paracétamol (3 g/jour maximum). En cas de gonflement important, de craquement pendant la chute, d’impossibilité de marcher ou d’hématome sous le pied (signe de fracture), il est nécessaire de consulter.

Mal aux oreilles

Le petit dernier souffre d’une otite? On hache très finement deux poignées de persil (plat ou frisé) avec les tiges et on verse le tout sur un mouchoir en tissu que l’on referme pour former un petit coussin. On place sur l’oreille douloureuse, on fixe avec un foulard et on laisse agir deux heures. À renouveler au moins 2 fois par jour.

Problèmes intestinaux

En cas de digestion difficile, on se concocte des infusions de cumin et d’anis qui réduisent les ballonnements et sont antispasmodiques. On fait bouillir une cuillerée à café de graines dans 250 ml d’eau, on laisse infuser dix minutes, puis on filtre. Si de petites brûlures d’estomac surviennent, on fuit les aliments gras et on parsème les plats de cannelle, une épice qui soulage naturellement l’excès d’acidité. Pour enrayer une turisca naissante, on privilégie les aliments qui ralentissent le transit: riz, carottes cuites, banane… Et le soir, on dilue une cuillerée à café d’argile verte dans un verre d’eau que l’on boira le lendemain matin.

Brûlure légère

Si l’on a touché la grille brûlante du barbecue, on calme immédiatement l’échauffement sous un filet d’eau froide (pas glacée) pendant dix minutes.
Contrairement à une idée reçue, il ne faut surtout pas étaler un corps gras (huile, beurre … ) sur la blessure. Si ça ne se calme pas, on mise sur du miel pour ses vertus antiseptiques. Plus celui-ci est foncé (de montagne ou de châtaignier par exemple), plus il regorge d’actifs qui limitent la propagation des bactéries. Des recherches menées à l’hôpital de Limoges ont montré qu’il favorise également la production de collagène, ce qui stimule la régénération de la peau. Plusieurs hôpitaux s’en servent d’ailleurs pour cicatriser des plaies traumatiques ou chirurgicales. Faute de miel médical, on utilise un miel alimentaire de qualité (bio et produit en Europe) dont le pot n’a jamais été ouvert.

Brûlures de méduse

Frotter la plaie à l’eau douce fait éclater les cellules urticantes injectées dans l’épiderme. On rince donc abondamment avec de l’eau de mer, puis on extrait le maximum de filaments restés collés. On peut les retirer un à un avec une pince à épiler ou bien les piéger en recouvrant la peau de sable ou de farine, puis la racler avec une carte bleue ou une carte postale.
Pour réduire la douleur, on applique une goutte d’huile essentielle de lavande pure, tous les quarts d’heure si besoin jusqu’à amélioration.

Cloques et ampoules

On nettoie minutieusement avec des compresses d’eau salée, puis on laisse sécher à l’air libre avant d’appliquer un pansement hydrocolloïde pour accélérer la cicatrisation et supprimer les frottements à répétition. On résiste à la tentation de percer la cloque, mais si l’ampoule est déjà ouverte, on désinfecte la plaie. On tapote ensuite avec 2 gouttes d’huile essentielle de Tea tree antiseptique. À renouveler 3 fois par jour. Et, bien sûr, on change de chaussures pour supprimer la cause du mal ou on les assouplit en glissant une balle de tennis ou une boule de papier journal mouillé à l’intérieur, qu’on laisse toute la nuit .

Piqûres d’insectes

Si c’est un moustique qui a frappé, on frotte rapidement le bouton avec des feuilles fraîches de plantain froissées entre les mains. Cette petite plante qui sent le champignon pousse sur le bord des routes, dans les pelouses ou les champs, partout en France. Pour neutraliser les démangeaisons, on applique sur les boutons une goutte d’huile essentielle de lavande pure anti-inflammatoire et anesthésiante. S’il s’agit d’une attaque de guêpe, on approche de la peau durant deux minutes une source de chaleur (cigarette allumée ou sèche-cheveux) afin de détruire le venin, puis on applique du froid (une canette réfrigérée par exemple).
En cas de gonflement de la gorge, de difficulté à respirer ou de malaise, on appelle le 15 ou on file immédiatement aux urgences.

Piquants d’oursin

On fait preuve de patience pour retirer un à un les piquants à l’aide d’une pince à épiler avant de désinfecter la plaie. Pour faciliter l’extraction, on trempe préalablement la partie touchée dans un bol d’huile tiède (olive ou amande douce) afin de ramollir les chairs et faciliter l’évacuation des petits bouts restants. Lorsque des piquants demeurent emprisonnés sous la peau, on peut aussi essayer des bains de pieds au jus de citron pour dissoudre progressivement le calcaire dont ils sont constitués.

Coup de soleil

On calme l’inflammation en appliquant un gant mouillé d’eau froide pendant plusieurs minutes sur la partie lésée. Une fois la brûlure refroidie, on la lave avec une infusion froide de camomille, émolliente et antiseptique à la fois. Puis on pose une compresse imbibée d’huile d’amande douce (ou d’olive) assortie de 3 gouttes d’huile essentielle de lavande officinale qui favorise la cicatrisation. Si on passe ses vacances au bord de la Méditerranée, on opte plutôt pour du gel d’aloès, une petite plante grasse facile à trouver dans cette région. On prélève une feuille, on laisse la sève jaune s’écouler puis on la presse pour extraire son gel apaisant et cicatrisant.

Soigner les petits bobos de l’été
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Asma Belkadi
Asma est une jeune blogueuse qui fait de plus en plus ses preuves dans le monde des influenceuses sur le Web. Passionnée depuis son enfance par la lecture et la rédaction. Elle possède maintenant Mojotic qui reflète ce qu'elle aime faire sur le Web.

Choisir une plateforme pour commenter :

  • Facebook
  • Google Plus
  • Disqus
  • WordPress

LAISSER UNE RÉPONSE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.